⚠️ Les risques du valproate et de ses dérivés chez les enfants à naitre en cas de traitement pris par le père

Partager sur :

Information de la part du centre régional de pharmacovigilance et des pharmacies Henri Mondor et Albert Chenevier.

Suite à une étude suggérant un surrisque de troubles neurodéveloppementaux (comme l’autisme) chez les enfants de pères traités par valproate ou un de ses dérivés dans les 3 mois précédant la conception, des analyses complémentaires ont été demandées aux laboratoires.

En attendant ces nouvelles données, les professionnels de santé sont invités lors de la prescription d’un médicament à base de valproate ou de ses dérivés à distribuer une fiche d’information à leurs patients ainsi qu’à échanger avec eux de ce risque éventuel et des mesures possibles à mettre en place :

  • Pour les hommes sans désir d’enfant, de discuter d’une contraception adaptée
  • Pour les hommes avec désir d’enfant, d’envisager la possibilité d’alternatives thérapeutiques
  • Pour les parents ayant déjà conçu un bébé (né ou à naître), de proposer une prise en charge adaptée et, en cas d’interrogation sur d’éventuels troubles neurodéveloppementaux chez l’enfant, de les orienter vers les plateformes de coordination et d’orientation (PCO)
  • Pour les hommes réalisant des dons de sperme, de les informer sur la nécessité de ne pas faire de don de sperme au cours du traitement et au moins 3 mois après l’arrêt de celui-ci.

Dans tous les cas, le professionnel de santé doit informer le patient de ne pas arrêter le traitement sans avis médical ; ceci afin d’éviter la réapparition des symptômes.

☎️ ☎️ Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter :

  • le Centre Régional de Pharmacovigilance au 14 700
  • la Pharmacie A. Chenevier au 13 115
  • la Pharmacie H. Mondor au 12 753